L’héroïsme caché de Rachid

          Un passé politique basé sur des éléments pragmatique du meilleur moyen de sortir le pays du moins la région d’une stabilité anachronique de laisser-aller de « Je veux quitter le pays au prix de ma vie ” Rachid, un jeune homme de la génération post indépendance, issue d’un milieu révolutionnaire, il commença sa vie active en parallèle avec un militantisme guerrier, sauf que cette fois-ci c’est à la pierre et aux manifestations politiques et pacifiques qu’il s’attellera à raffermir son engagement dans la lutte pour la liberté et la démocratie.

            Notre homme était dans tous les combats durant toute une décennie sans réfléchir une minute sur l’issue que peuvent lui réserver certains pseudo militants de la cause commune.

            L’adversaire c'est-à-dire le pouvoir en place pendant ces temps d’âpre lutte avait usé de tous qui était en sa possession pour diviser les rangs, pour attirer dans le sillage de l’amour pour l’argent et promettre un strapontin à d’autres pour arrêter le processus de la marche vers plus de liberté.

C’est de bonne guerre ! me diriez-vous ?

            Oui, c’est de bonne guerre, mais là ou il ne l’est plus, c’est le déviement d’un mouvement populaire (certain diront populiste) d’essence démocratique en une anarchie due à l’inflation de la popularité des chefs.

Notre jeune homme serai un commandant de willaya, s’il était né pendant la valeureuse guerre de libération, mais dans cette autre forme de lutte que les autres appellent le grand djihad, notre ami Rachid s’est retrouvé dans un imbroglio de lutte d’intérêt sans perspective d’avenir politique pour lui, le pays et la région, il s’est résolu à se reconvertir dans le commerce, métier qu’il avait embrassé, dans sa frêle jeunesse.

Le destin n’a pas était conciliant avec Rachid, marié à une jeune femme dont il espérait remodeler son futur parcours vers plus de vie privée à l’instar des jeunes de son âge qui se promenait le pantalon crocheté par leur enfant de bas âge que Rachid voyait d’un bon oeil celui de la réussite.

Je disais le destin, je dois dire la chance pour ce jeune homme aux qualités masquées ne lui avait pas souri, sa femme tombe malade gravement au point de perdre la vie prématurément, juste après la naissance d’une jolie petite fille qu’un sort veut qu’elle soit le sujet d’une dispute entre Rachid et ses beaux parents.

Et voilà qu’un autre combat d’une autre nature commence.

Rachid n’a rien perdu de verve combative, il mena de paire les actions de réussite de son nouveau job et  la récupération de sa fille

La distance et la différence ethnique rendent plus complexe la solution de cet épineux problème de la garde de l’enfant.

Le souci de faire garder l’identité familiale dans sa grande vision : ethnique religieuse et tout ce qui fait la sagesse montagnarde.

            Rachid imprégné d’un humanisme avéré, armé d’une claire voyance, il décide de se lancer ce nouveau défi, il réunit toute la documentation nécessaire pour un combat juridique, il met ses affaires de toilette et quelques habits dans la valise, il prend le premier fourgon vers la destination fatidique.

            Que présages-tu de ce voyage ? lui demanda un ami qui l’accompagnait vers le fourgon.

Je ne reviendrai pas sans ma fille ! lui répondit sèchement Rachid.

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    H (dimanche, 18 octobre 2009 15:23)

    Cher ami c’est une histoire très touchante et émouvante a la fois
    Je comprend notre ami Rachid qu’es le père légitime d’après l’histoire,
    Donc il’est toute a fait normale que Rachid c4 bat pour récupéré ça petite fille, et en plus de ça femme a laisser ça vie a la naissance de la petite