Réponse courriel à un ami

                               Bonsoir cher Ami,

         Peut-on perdre son temps à s'excuser auprès celui qui connaît assez bien tes valeurs et ta persévérance dans la voie du discernement et de la sagesse.

Mon très cher ami de combat, je confirme et souligne ce mot "combat"un ciment unissant les hommes de bonne volonté, intègres, pragmatiques et tous les qualificatifs de bon sens et de raison.

Un combat contre les injustices que l'homme avait créé pour exploiter, l'homme son frère, sous une multitude d'intrigues à la machiavel.

            -Nous avons ensemble toujours rendu des services sans jamais rien attendre au retour c'était ça notre combat.

-Nous avons toujours défendu le faible et le pauvre selon les moyens en notre possession, c'était aussi ça notre combat.

-Nous avons toujours veillé selon nos capacités à faire émerger l'homme qu'il faut pour gérer au mieux les structures locales, au service des populations, c'était un combat porté dans nos cœurs.

-Et nous avions sacrifié nos vies privées pour toutes ces causes indéniablement nobles

Faut-il me remercier pour avoir modestement, par mes écrits porter un petit réconfort moral, dans en principe je suis redevable en vers un homme comme toi, qui avait fait beaucoup plus pour les autres.

Je ne sais pas pourquoi j'utilise le passé alors que ton engagement sur deux fronts est mené au jour le jour, celui de mettre en permanence ton corps en état d'aptitude et de mener des actions cognitives là où tu es présent.

 Mon cher ami répond quand tu veux et comme tu veux entre nous il y a et il n'y aura que de la convivialité.

Notre amitié est inébranlable.

Cordiales salutations.

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Arezki Mensous (mardi, 16 décembre 2008 14:04)

    Ma réponse à cette ami est un peu colorée,reconnaissante,
    il ne m'a pas encore répondu, quelqu'un peut-il me répondre à sa place.

  • #2

    Hamid (lundi, 12 janvier 2009 18:06)

    Donner un peu de soi, de son temps,
    Que représente dix minutes dans une vie,
    Quand ce court instant peut sauver autrui
    Et effacer les pleurs d'un jeune enfant...

    Juste s'arrêter un moment en sachant
    Donner de soi, un peu par courtoisie,
    Car peut-être, c'est vous, qui un jour aussi
    Aurez besoin de ce salvateur sang...

    Il y aura toujours trop de morts bêtes,
    Faute de bonté et faute d'amour pour l'autre
    Mais pourquoi de ce cadeau faire disette?

    Or ça ne demande juste qu'un peu du vôtre
    Comme une promesse, une espérance secrète
    Pour que le futur se conjugue en nôtre...

  • #3

    Hamlat (mercredi, 12 août 2009 06:44)

    Beau travail l'ami, tout mes encoragement.